L’utilité sociale au coeur du projet d’entreprise

Afin de compléter l’étude de marché quantitative, j’ai choisi de réaliser un diagnostic ethno-sociologique de notre territoire. L’objectif est de collecter des expériences de vie, des regards, des souvenirs personnels. Cette démarche permet d’approfondir l’utilité sociale du projet de musée participatif.

Favoriser le sentiment d’appartenance à un groupe, à un territoire, à une culture, vers davantage de bien-être et d’expression de notre Humanité.

Des entretiens ethno-sociologiques

A ce jour, je n’ai pas totalement fini l’analyse des 10 entretiens réalisés, mais déjà des tendances se dessinent : un vrai cadeau pour cette aventure entrepreneuriale ! –> Merci encore aux 10 participant.e.s de mon entourage plus ou moins proche.
Il est fascinant de constater l’importance pour nous tou.te.s des souvenirs heureux, des rencontres généreuses, du génie humain et des relations collaboratives bien qu’elles soient souvent difficiles à entretenir.

6 critères à intégrer au projet

De ce que je retiens pour le moment, c’est l’importance de :

  • Savoir raconter une histoire, une histoire vivante, qui renvoie à l’émotionnel. On est là dans l’Art du Conte et des Scénarios, un art ancestral qui est aujourd’hui encore tant désiré.
  • Solliciter nos sens (toucher, odorat, ressentis physiques, lumières, sons) car ils sont souvent associés à un événement marquant de notre développement personnel. La nuit est l’environnement qui est souvent citée d’ailleurs.
  • Montrer, expliquer, expérimenter pour savoir comment c’est fait, pour comprendre d’où ça vient, et pour en apprécier d’autant plus la qualité et le savoir-faire. Le travail de la Main est celui qui est le plus valorisé dans les entretiens.
  • Capitaliser et enregistrer sous des formes diverses et complémentaires. J’y vois à la fois, le transmédia, c’est-à-dire l’usage de supports différents avec cohérence (web, livre-objet, exposition, podcast, vidéo, etc) et l’asynchrone pour pouvoir y revenir à l’envie ou en amont.
  • L’interculturalité, du rapport à l’autre, de la rencontre, en prenant bien conscience que la barrière de la langue n’existe pas dans des moments de courte durée et sur des temps de loisirs.
  • L’insolite, l’atypique, l’exclusif, l’événementiel car la curiosité est là, stimulée. Il peut s’agir d’horaires non-habituels, de mixité de métiers, d’échelles surprenantes ou de lieux remarquables. 

Emotions et sagesses

Voici donc ce que j’ai pu collecter, en synthèse. J’espère que ces idées vous/te seront aussi utiles dans vos/tes projets à venir, de voyage, d’implication associative, familiaux, ou professionnels.
Ces rencontres ont été chargées d’émotions, de profonde réflexion et d’une forme de sagesse hors des âges et des profils.

Je persiste à croire en l’Humain, en idéaliste que je suis.

Je m’amuse encore à imaginer ce musée participatif et cette SCIC culturelle rêvée.